Coaching pour un burnout

ou EPUISEMENT PROFESSIONNEL

« Aller mieux, mais me débrouiller seule. Jusqu’ici je n’ai eu besoin de l’aide de quiconque alors pourquoi aujourd’hui devrais-je aller me confier? On va me pendre pour une incapable. Je vais y arriver !!! » se dit la personne en burnout

Alors que dans cette situation, Il est tout à fait normal de ne pas y arriver seul( e ).

En ayant été malade moi-même, je pensais que mes deux burnouts seraient des atouts pour accompagner d’autres dans cette situation. Ce n’est pas aussi simple que cela. Le plus souvent, les malades eux-mêmes se défendent d’être dans une situation difficile, et évoquent “juste un petit coup de mou, un projet complexe, une ambiance un peu tendue au travail”, cela pour minimiser la situation.

Du point de vue biologique, les experts ne parviennent pas encore à expliquer complètement ce qui mène à l’épuisement professionnel. Tous les travailleurs qui traversent une période d’épuisement sont en situation de stress chronique. Il s’agit donc d’un important facteur de vulnérabilité. La grande majorité a une charge de travail élevée, à laquelle s’ajoutent l’une ou l’autre des sources de tension suivantes.

  • Manque d’autonomie : ne participer à aucune ou à peu de décisions liées à sa tâche.
  • Déséquilibre entre les efforts fournis et la reconnaissance obtenue de la part de l’employeur ou du supérieur immédiat (salaire, estime, respect, etc.).
  • Faible soutien social : avec le supérieur ou entre les collègues.
  • Communication insuffisante : de la direction aux employés, concernant la vision et l’organisation de l’entreprise.

En plus de ces facteurs, des particularités individuelles entrent en jeu. Selon les recherches, il semble que la faible estime de soi soit un facteur déterminant. En outre, certains contextes de vie, comme de lourdes responsabilités familiales ou encore la solitude, peuvent mettre en péril la conciliation travail-vie personnelle.

Mais peu importe les sources de stress au travail, il se produit un déséquilibre entre la pression subie et les ressources (intérieures et extérieures, perçues ou réelles) dont on dispose pour l’affronter.

Pour corriger une telle situation, le travailleur opte souvent pour un investissement encore plus grand dans son travail, jusqu’à l’épuisement. Cette marche « à vide » peut durer des années. Le déni est typique de l’épuisement professionnel, ce dernier étant souvent vécu comme un aveu d’échec. L’épuisement se produit insidieusement. Une fois le diagnostic posé et accepté, le burn-out pose plusieurs questions à la personne qui le vit :

  • Qui suis-je ?
  • Qu’est-ce que je veux ? Quel est mon objectif ? Quel sens je veux donner à ma vie ?
  • Comment vais-je faire pour atteindre cet objectif ? Pour donner un nouveau sens à ma vie ?

Pour répondre à ces interrogations, il sera nécessaire d’aller voir les causes de l’épuisement professionnel propres à chacun. Alors seule une relation d’accompagnement est à même d’ouvrir notre esprit. Grâce à sa dimension de bienveillance, à son regard extérieur, elle nous permet de nous sentir compris et entendu.

Et si le coaching n’est pas la réponse universelle à tous les évènements existentiels, il est ici un des moyens qui permet à quiconque, de manière pratique, de faire le point sur une situation qui le dépasse à première vue, de se ressourcer pour retrouver l’énergie nécessaire pour avancer et de mettre en place les bases d’un bel avenir durable, écologique et respectueux de lui-même.

Pour reprendre son travail, la personne devra :

  • Entrevoir de les nouvelles stratégies à mettre en œuvre pour éviter de nouveau le cycle infernal
  • Apprendre à dire « non » et voir à qui et/ou à quoi elle souhaite dire « oui »
  • Réorganiser ses priorités
  • Rééquilibrer vie personnelle et professionnelle

Dans le cas où elle veut se reconvertir, il lui faudra :

  • Découvrir ses motivations, vérifier les éléments de sa décision (conséquences sur ses finances, sur sa vie personnelle et familiale)
  • Entrevoir une nouvelle orientation
  • Lister ses besoins en formation, en financement, en organisation, en temps et en soutien personnel
  • Etudier les modalités de formation : coût, possibilité de prise en charge, aménagement du planning selon les heures de travail, formation à distance, formation diplômante, etc…

Ce travail d’accompagnement, de coaching se fera en fonction de la demande de la personne et du stade dans lequel elle se trouve par rapport au burnout (prévention, arrêt ou reprise du travail). Dans tous les cas, il s’agit d’une carte à explorer vers plus de conscience et de connaissance de soi qui aboutit toujours sur un trésor caché.

Nietzsche a dit : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »